Andalousie #2 : Séville, la Plaza de España y la Maestranza

20 avril 2014




Hola queridos lectores !

Me revoilà parmi vous pour un deuxième épisode andalou, et cette fois-ci en plein cœur de la sublime Séville.
Quelle ville…
J’y resterais bien ma vie entière !

Tout y est doux et coloré ; on y flâne, on y flotte ; ni trop chaud ni trop froid ; ces délicieuses odeurs de fleurs d’orangers qui rendent fous de bonheur ; par intermittence, guidées par les petites brises rafraîchissantes, quelques notes de guitare flamenca qui s’envolent jusqu’à nos oreilles…
Il y fait bon vivre, bon se promener, bon rire, bon tout !
Ah… je crois que j’aimerais beaucoup être sévillane.
Oui, tout m’y plaît : tous les quartiers, tous les gens qui y vivent, tout ce qu’on y mange, tout ce qu’on y boit, l’élégance infinie des habitants, la propreté des rues, le « rythme » espagnol, cette douceur de vivre, cette absence totale de stress et d’empressement, et évidemment, cette langue ronde et belle qui vient chanter dans nos têtes.

Aujourd’hui je vous emmène avec moi à la célébrissime Plaza de España.
Quelle merveille.
Impossible de ne pas être béats devant tant de beauté.

A l’est de Séville, nichée au cœur du parc Maria Luisa, cette place est tellement spectaculaire qu’elle a servi de décor à plusieurs scènes de films cultes : vous pouvez notamment l’apercevoir dans Lawrence d’Arabie, mais aussi dans Star Wars II « L’Attaque des clones » ! Pas mal non ?
Elle a été conçue par l’architecte Anibal Gonzales et inaugurée par le roi Alphonse XIII, à l’occasion de l’Exposition ibéro-américaine de 1929.
Sa construction aura tout de même duré pas loin de 15 ans… 
Ça vous laisse une vague idée de l’ampleur de cette architecture, et de la beauté des détails tous plus splendides les uns que les autres qui l’ornent de toute part !

« La place forme un hémicycle de 200 mètres de diamètre, symbolisant l'Espagne accueillant ses anciennes colonies. 
Elle regarde dans la direction du Guadalquivir, représentant le chemin vers l'Océan Atlantique et l'Amérique
Un bâtiment unique longe tout son côté arrondi – le palais. 
Au centre de la place se trouve une fontaine (conçue par Vicente Traver). 
Entre le centre et le palais coulent des canaux, en demi-cercle également. 
Quatre ponts les enjambent, représentant les quatre anciens règnes d'Espagne.
Le palais est construit en brique, en marbre et est décoré de céramiques peintes. 
Son style est un mélange néorenaissance, gothique et mudéjar (terme qui désigne un art chrétien inspiré de l’art mauresque, en raison des musulmans d’Espagne devenus sujets des royaumes chrétiens après la reconquête du 11ème siècle).
Le long de ses murs se trouvent une série de bancs et d'ornements en céramique peinte (azulejos) représentant, par ordre alphabétique, 48 provinces d'Espagne.
Chaque province a sa carte, le blason de sa capitale et des mosaïques racontant des points de leur histoire. »
[Wikipedia]

 Allez, assez de blabla, allons voir ça d’un peu plus près…














La devise de Séville est NO 8 DO. Le 8 représente ici un écheveau de laine, madeja en espagnol. Le blason se lit donc : no madeja do, contraction de No me ha dejado ("elle ne m’a pas laissé"). Cette formule fait référence au roi Alphonse X le Sage, lequel, chassé du pouvoir par son fils, se réfugie à Séville, l’une des très rares villes de sa couronne à lui être restées fidèles face à son fils rebelle.




Des azulejos partout, jusque sur les marches des escaliers...















Petite pensée et petit clin d'oeil à tous ceux de mes amis qui, pendant bien trop d'années, m'ont appelée Léon pour me faire enrager ;)















***

Cette même journée, nous avons rejoint le quartier de la Maestranza.
Alors la Maestranza c’est quoi ?
Eh bien ce sont les arènes de Séville, la Plaza de Toros si tu préfères!
Elles sont réputées comme étant les plus belles de toute l’Espagne, mais surtout et au-delà de ça, réputées comme l’un des plus hauts-lieux de la corrida au monde.

Eh oui, Séville a de par son histoire  une place capitale dans le monde de la tauromachie ; que l’on soit un véritable aficianodo ou un farouche anti-corrida, on ne peut pas ignorer cela lors d’un tel voyage.
L’Andalousie est une terre taurine, et vouloir passer à côté de cet aspect capital constitue alors un véritable déni d’une des traditions et d’un des points culturels les plus ancrés du pays, et plus particulièrement de la région.

Autant qu’il est impensable de passer à côté de l’opéra et des pizzas en Italie ou bien des kimonos et des temples au Japon… il est tout bonnement impensable de passer à côté de la culture taurine et tauromachique en Espagne, et notamment en Andalousie.
Que l’on connaisse ou non, que l’on soit pour ou contre, nous avons le devoir de nous intéresser à cette culture lors d’une visite à Séville! 

Nous voici donc devant la Maestranza - sublimissime par ses couleurs pures qui viennent contraster avec le bleu du ciel - et dans les petites rues qui la bordent...
Je vous laisse vous y perdre un peu, c'est tellement bon...












Les cartels de la féria de Séville 2014, qui commence la semaine prochaine, c'est à dire l'affichage des toreros et toros programmés pour chacune des corridas.



Juste devant la Maestranza, une petite place portant le nom d'un des plus illustres et mythiques matadors sévillans. Et juste au dessus, pour voir si vous avez suivi, le blason de la ville "No madeja Do"...

Et le fameux Curro Romero en question... 






Voilà pour aujourd’hui los amigos !
Je vous donne rendez-vous très vite pour de nouvelles pérégrinations andalouses : je suis très loin d’avoir fini de vous raconter mon voyage, j’ai vécu tellement de choses merveilleuses cette dernière semaine…

Et n’oubliez pas : si vous rêvez d’un voyage en immersion totale en Andalousie, vous pouvez consulter le site internet de mes supers chouettes cousins, qui vous accueilleront comme personne et sauront transformer votre séjour en souvenirs inoubliables !
(Le nouveau site que je conçois avec eux est toujours en construction…)

Besos los chicos !!!!



                                                    [CLIQUEZ SUR UNE PHOTO POUR LANCER LE DIAPORAMA]



ET PENDANT CE TEMPS, SUR INSTAGRAM...

© Moi je pérégrine. Design by Fearne.